Un mercredi par mois, les Apéros Youth We Can! donnent la parole à des jeunes engagés qui viennent raconter leur parcours et partager leur vision d’une société plus inclusive et responsable. L’objectif ? Créer le déclic chez ceux qui n’osent pas encore s’engager et les accompagner pour sauter le pas.

L’apéro Youth We Can! Rép’Art ta planète : un art écologique, c’est possible ? a eu lieu au Ground Control, un espace pluridisciplinaire à proximité de la Gare de Lyon, à l’intérieur d’un véhicule hybride. De l’extérieur, une maquette du TGV portant le record du monde de vitesse, et à l’intérieur, un avion reconverti en espace de partage. Trois intervenant·e·s et une petite foule de 25 personnes étaient présent·e·s. L’objectif était, tout simplement, de partager leurs expériences et leurs engagements liant l’art et l’environnement. En effet, la nature et l’environnement social sont aujourd’hui les sujets les plus caractéristiques de l’art de notre époque, la création permettant donc à de nombreux artistes d’avertir sur les enjeux liés au changement climatique et d’agir pour un monde plus durable.

Comment engager une dynamique écoresponsable au cœur de ses projets artistiques et culturels ?  Comment les artistes se mobilisent-ils pour le climat ? Comment mettre sa pratique de l’art au service de l’environnement ? Existe-t-il des mouvements et des structures mettant les enjeux sociétaux, et notamment l’écologie, au cœur de la pratique artistique ? Pauline Godard, fondatrice de Art4Design, Jérémy Gobé, fondateur de Corail Artefact, et Joan Pronnier, chargée de projets chez COAL ont pris la parole le 3 novembre 2021 pour répondre à ces questions et échanger sur leur expérience d’engagement à travers l’art.

L’upcycling pour redonner vie aux objets oub liés

         

Mue par l’envie de donner une seconde vie à des meubles abandonnés à une époque où la surconsommation est à son paroxysme, Pauline a décidé de réunir des artistes – professionnels, étudiants des Beaux-Arts de Paris, street-artists – afin de transformer un vieux meuble en une véritable œuvre d’art. Ce projet, c’est Art4Design, une initiative qui promeut l’économie circulaire et le recyclage des matériaux, tout en mettant à l’honneur des artistes contemporains engagé·e·s.

Pauline tient en effet son expérience d’une vie baignée dans le milieu artistique, ce qui lui permet d’avoir un regard sensible et créatif sur les possibilités de donner un second souffle à des meubles en fin de vie. Ce regard et son approche de l’art lui ont permis de rassembler des artistes à l’univers unique, souvent coloré et au graphisme fort, capables de délivrer une œuvre personnalisée et adaptée à la sensibilité de chaque client. La jeune femme a également su s’entourer d’un réseau international réunissant d’autres femmes entrepreneuses, l’incubateur Empow’Her, afin d’acquérir les compétences juridiques et techniques nécessaires à la création d’une entreprise.

Art4Design est donc un véritable projet de vie, qui a pris de l’ampleur et ne cesse de se développer : Pauline et son équipe d’artistes ont réalisé et délivré de nombreuses œuvres à destination de particuliers et l’activité pour les entreprises se lance. Un site internet a également été développé, sur lequel ont été mis en vente une dizaine de meubles issus de l’économie circulaire et réinventés par Art4Design. Aujourd’hui, Pauline espère à son tour inspirer d’autres personnes à s’engager à leur échelle. Pourquoi ne pas commencer par investir dans une œuvre d’art fonctionnelle plutôt que d’acheter une table suédoise réalisée par un conglomérat de meubles nordique ?

La régénération des coraux à travers le pouvoir de l’art

         

Jérémy Gobé, fondateur de Corail Artefact, est un ancien plasticien engagé dans la lutte contre l’extinction des coraux, conséquence du changement climatique provoqué par l’humain. Inspiré par son artiste préférée : la nature, Jérémy s’est mis en quête de créer un art à nul autre pareil, un art qui parle à tous et qui peut littéralement régénérer la barrière de corail. Grâce à l’utilisation de dentelle au fuseau biodégradable, de béton écologique et d’outils d’aquariologie (nous parlons ici de la science des aquariums), Jérémy et son équipe ont pu travailler sur des solutions diverses.

Frappé par la ressemblance entre la dentelle et la structure du corail, il a imaginé des motifs de dentelle qui facilitent le repeuplement des récifs, mêlant art et science pour trouver une solution à la disparition des coraux. La beauté de ce projet réside surtout dans l’engagement de Jérémy, au-delà de l’aspect esthétique de ses œuvres. En effet, la dentelle au fuseau, constituée de fibres végétales biodégradables, permet aux coraux de se régénérer. Mais utiliser la dentelle pour régénérer les coraux ne va pas sans obstacles : les scientifiques douteront et saperont les intentions d’un artiste. Sa persévérance et son travail scientifique lui ont néanmoins permis de concrétiser son projet : les expérimentations continuent dans différents endroits du monde et Jérémy a aujourd’hui déposé son premier brevet !

Sa deuxième motivation : remplacer tous les plastiques à usage unique par des alternatives écologiques composées de bio polymères. Surtout, il s’engage à éduquer et inspirer les jeunes générations à prendre conscience des problèmes environnementaux, à travers des ateliers de sensibilisation notamment, tout en prenant le temps de l’introspection pour découvrir leur philosophie artistique.

Mobilisation pour l’environnement par le sensible, à travers l’art

         

Joan Pronnier, chargée de projets chez COAL, souhaitait depuis longtemps s’engager pour un monde plus durable, et c’est en renouant avec sa passion pour la philosophie, à la fois par son parcours académique et sa découverte du Yoga en Inde, que Joan a trouvé, non pas sans obstacles, sa voie pour agir.

Pour Joan, l’art est avant tout un rapport sensible au monde. Et dans un monde menacé par le dérèglement climatique, dont les conséquences néfastes sur les populations, la biodiversité, la planète sont considérables, les artistes s’érigent de plus en plus en émissaires de la lutte contre le changement climatique, de façon différente et unique.

Déçue par les grosses organisations telles que l’ONU, Joan s’est lancée dans une quête de sensibilisation à l’environnement, en s’initiant à la permaculture et la musique, pour finalement intégrer COAL, une association qui mobilise et accompagne des artistes et des acteurs·rices culturel·le·s engagé·e·s. Joan trouve en effet fondamental de valoriser les initiatives artistiques mettant en lumière les défis sociétaux et environnementaux, car ces problématiques nous touchent dans notre quotidien et des statistiques et un « bilan carbone » ne suffisent pas à les matérialiser. C ’est grâce à la délicatesse artistique que nous pouvons faire bouger les choses, et chose dite chose faite, Jérémy Gobé de Corail Artefact s’est retrouvé finaliste du Prix Coal Océan en 2015. L’objectif de COAL, encourager et mobiliser les artistes à s’exprimer sur les enjeux phares de notre génération, et le parcours personnel de Joan, cristallisent donc la dynamique visant à lier art et écologie.