bağlama büyüsü
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
agario
bonus veren siteler
valorant random hesap
instagram takipci satin al
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
Aliaga Escort
casino siteleri
Xxx rated legal age teenager porn
bonus veren siteler
spring applied brake
bitcoin casino no deposit bonus

La soirée de rentrée de Youth We Can! : « Quand l’art sort du cadre pour se faire entendre », co-organisée avec Le Bruit Qui Court, s’est tenue lundi 5 septembre 2022 au Palais Brongniart, à l’occasion du Forum Mondial 3Zéro de Convergences. Pendant 1h30, les 300 personnes réunies dans le Grand Auditorium ont pu explorer, avec les 29 artistes présent·e·s sur scène, les différentes formes que peuvent prendre les arts pour porter les voix des jeunes sur les enjeux de justice sociale et de transition écologique.

 

La culture à l’honneur lors d’une soirée immersive centrée autour de l’échange et de l’engagement

 

Le temps d’une soirée, nous étions les nouveaux élèves de l’Académie des Beaux-Arts et de l’Engagement. Dans cette université fictive, imaginée par Julie Pasquet et Maxime Ollivier du Bruit Qui Court, les cours sont donnés par des artistes-professeur·e·s engagé·e·s, venu.e.s accueillir les nouvelles recrues pour l’année à venir. Tout au long de cette cérémonie, différentes prestations scéniques et des moments d’échanges se sont succédés afin de présenter les nombreuses facettes de cette école toute particulière.

Après un exercice interactif pour rencontrer et échanger avec les autres participant·e·s, le public a rencontré Sendo, professeur d’éloquence de l’Académie, qui a proposé un texte écrit spécialement pour l’évènement. En alternant rimes, proses, assonances et allitérations, Sendo a déclamé un slam puissant pour nous exprimer son engagement à travers la poésie des mots.

La salle s’est ensuite plongée dans le noir pour laisser place au court-métrage « Nique Le Privé ! », qui explore les rapports conflictuels à la propriété privée, exacerbés par une société qui s’effondre. Raphaël Daniel, le réalisateur, est venu présenter sa démarche et répondre aux questions du public à l’issue de la projection.

Le cinéma a laissé ensuite place aux professeur·e·s de danse : le collectif Minuit 12. Art’ivistes engagé·e·s pour un monde durable, trois danseuses nous ont offert une chorégraphie poétique sur le thème de la nature.

Prochain cours : le théâtre d’improvisation ! Contraint·e·s par les thèmes imposés par le public, les cinq comédien·ne·s de la compagnie Minuit Moins Une ont habilement montré les pouvoirs du rire pour faire passer des messages et sensibiliser sur les questions je justice sociale et environnementale.

Après la comédie, le calme a pris le relai. Pour leur cours, Noa Lévy Baron et Patrick Scheyder ont transporté le public en proposant la lecture musicale d’un texte de George Sand. L’interprétation des deux artistes a donné lieu à un dialogue saisissant entre les notes et les mots, donnant à ce texte sur l’engagement une résonnance très actuelle à des enjeux centenaires.

Clou du spectacle, le choeur du collectif Le Bruit qui Court dans le public depuis le début de la soirée a entamé son chant de ralliement quittant leurs sièges pour se retrouver sur scène.

Des étoiles encore dans les yeux et des idées plein la tête, le public et les artistes se sont retrouvé·e·s autour d’un cocktail, proposé en partenariat avec Pernod Ricard, pour prolonger les rencontres et les échanges,en clôturant cette soirée.  

 

Aller au contenu principal