bağlama büyüsü
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
agario
bonus veren siteler
valorant random hesap
instagram takipci satin al
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
Aliaga Escort
casino siteleri
Xxx rated legal age teenager porn
bonus veren siteler
spring applied brake
bitcoin casino no deposit bonus

En France, les surfaces urbaines occupent 22% du territoire, hébergent 77% de la population et sont en constante augmentation. L’urbanisation représente un grand danger pour la biodiversité et, en l’état, n’est pas compatible avec les conséquences du changement climatique. Ajouté à cela, plusieurs études ont su montrer le bénéfice à être exposé aux paysages naturels pour le bien-être et la santé mentale. Par ailleurs, les citadins sont de plus en plus en demande d’une prise en compte du vivant dans les villes. De ces différents impératifs nait la nécessité de concilier l’urbanisme et le respect de la nature. Le concept d’écologie urbaine est la réponse logique face à ce besoin. Il s’agit d’une pratique de l’urbanisme qui apporte des solutions concrètes aux défis écologique contemporains. Les nouveaux projets d’urbanisme tendent de plus en plus à prendre d’emblée en considération les questions d’écologie. Dans le cas des grandes villes déjà construites et trop denses pour pouvoir changer énormément de choses, des solutions adaptées doivent être développées. Plusieurs initiatives existent et permettent de rapprocher la ville des ambitions du 3Zéro à leur échelle, dont « Merci Raymond ! » et « Vertuo »

​Le grand père d’Hugo Meunier, Raymond, était agriculture du sud-ouest de la France. Pour lui rendre hommage, à lui, son histoire, son terroir et aux valeurs de la campagne, il crée « Merci Raymond ! » en 2015.  « Merci Raymond ! » est un groupe composé d’agronomes, ingénieurs et paysagistes dont l’objectif est d’ajouter du végétal en ville, en accompagnant les citadins dans leurs projets de végétalisation. Souhaitant concilier l’envie de vivre dans une dynamique urbaine, mais habitués à l’air de la campagne, aux fruits et légumes frais et aux paysages verdoyants, l’équipe n’arrive pas totalement à se résigner au gris et à la pollution des villes.

De l’agriculture urbaine à la transformation et vente de produits locaux en passant par la re-végétalisation, l’animation et la formation aux pratiques écologique, l’action de « Merci Raymond ! » se décline en plein de projets à différentes échelles, même la plus petite, convaincu que même s’il s’agit d’une petite étape vers plus d’écologie, cette action mérite d’être entreprise.

Sur leur site y figurent des tutoriels pour faire son propre compost, apprendre à planter et replanter ses légumes ou encore faire des semis. Les membres partagent donc leurs connaissances au grand public pour que chacun soit acteur de la végétalisation urbaine. Des solutions 3Zéro à la portée de tous pour démocratiser l’accès à la végétalisation en ville.

Mais d’autres initiatives existent. Élodie Stephan a grandi à la campagne toute son enfance. Une fois jeune adulte, elle est venue en ville mais a très vite ressenti un manque de verdure. Elle crée en 2013 son studio de design à Paris, spécialisé dans les problématiques liées à l’espace public et l’aménagement urbain. En se rappelant les bocages de sa région natale, elle a eu l’idée de Vertuo, une structure qui propose des mobiliers à la fois urbains et végétaux. 

 

Un bocage est une façon d’organiser le végétal dont on retrouve des traces dès l’époque antique. Cela consiste en une levée des terres permettant aux arbres plantés dessus d’être mieux irrigués. Il constitue un réseau écologique important, bénéfique pour la biodiversité.

« A travers le prisme du design, je désire m’emparer des problématiques environnementales et contribuer à mon échelle à la conception d’une vi(ll)e durable », explique Élodie.

Les modules de bocage urbain créent un milieu fertile là où il n’y a pas de pleine terre. C’est une façon simple et pratique d’ajouter des végétaux dans de milieu urbain, même très dense.

Non seulement les bocages urbains permettent de verdir les villes, mais, parce qu’ils récupèrent et stockent l’eau de pluie, facilitent aussi l’écoulement des eaux pluviales, permettant de mieux gérer ces eaux et de s’affranchir de l’arrosage.

Les bocages urbains peuvent maintenir une bonne hygrométrie dans la terre toute l’année pendant plus de 40 jours, même durant des canicules intenses. Les plantes ne vivent donc pas de stress hydrique. 

Un scénario qui bénéficie aussi aux paysagistes qui, n’ayant pas d’arrosage à faire, changent moins souvent les plantes et donc gagnent du temps. Les bocages sont également adaptés à la faune et flore locale et sont donc bénéfiques à la biodiversité. C’est donc une solution low-tech et co-bénéfique en accord avec les principes du 3Zéro.

« Merci Raymond ! » et « Vertuo » sont donc deux manières de répondre à la problématique du manque de prise en compte de l’écologie dans l’urbanisation des villes. Bien qu’il s’agisse de mesures à petite échelle, l’addition de ce genre d’initiatives pourrait rendre nos villes plus écologiques et résilientes. Partager les savoirs afin que chacun puisse s’approprier cette question ou bien en rendant la transition écologique esthétique en l’intégrant dans le paysage urbain : toutes les solutions sont bonnes à explorer afin de répondre au défi du manque d’écologie dans l’urbanisation des villes.

Merci Raymond ! en quelques chiffres :

500 projets réalisés

150 000 plantations

25 000 personnes mobilisées

Vertuo en quelques chiffres :

5 ans de R&D

100% de plantes locales

80% des coûts d’entretien économisés

 

Aller au contenu principal