Qu’est-ce que l’investissement à impact ? Comment le définir et le mesurer ? Comment contribuer au progrès humain en s’inscrivant dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD) ? Comment quantifier et qualifier la contribution de nos fonds d’investissement à impact social (CoopEst, CoopMed, Helenos) aux ODD ? Autant de vastes questions auxquelles il a fallu réfléchir au sein d’Inpulse, gestionnaire de fonds à impact social basé en Belgique, pour élaborer son nouvel outil de suivi ESG (Environnement Social et Gouvernance) axé sur les ODD. Dans cette démarche, Inpulse a été confronté à un défi majeur, celui de parvenir à concilier rigueur d’analyse et facilité de compréhension pour un large éventail d’acteurs (clients, investisseurs et partenaires).

Construire un système de mesure de l’impact social incluant les ODD

L’aventure du suivi de performance sociale a débuté avec CoopEst, un fonds d’investissement en gestion chez Inpulse depuis 2009. L’objectif principal était de soumettre les performances sociales des Institutions de Microfinance financées par CoopEst aux mêmes exigences de rigueur que celles appliquées à leur performance financière, selon les critères de la « double bottom line » (prise en compte de la rentabilité financière et de l’impact social).

Inpulse s’est ensuite tourné vers les cadres référentiels fournis par le SPI4-Cerise et par le Global Impact Investing Network pour sélectionner les indicateurs de sa matrice d’analyse sociale, qui est devenue en 2016 une Social Scorecard. Cette évolution a consisté en l’introduction d’un système de notation automatisé visant à donner un aperçu immédiat (scoring) des performances sociales d’un client pour faciliter la prise des décisions d’investissement. Trois ans plus tard, Inpulse a fait évoluer son système pour renforcer l’évaluation de son impact dans le cadre des critères ESG et des 17 ODD. Cette transformation a demandé un long travail de recherche et d’analyse, d’élaboration de nouveaux indicateurs (quantitatifs et qualitatifs) ainsi que de collecte d’information directement auprès des clients à travers des tests et des entretiens. L’objectif étant de définir des indicateurs en prise avec la réalité du terrain.

L’étape suivante a consisté en l’alignement des indicateurs sélectionnés avec les standards internationaux : le 2XChallenge pour l’égalité femme-homme, le Green Index pour l’environnement et le Global Reporting Initiative pour la gouvernance. Après un long travail de collecte et de test de terrain, il a fallu céder au principe de réalité, en renonçant à l’exhaustivité, mais en sélectionnant une batterie d’indicateurs à la fois pertinents et déjà accessibles dans les bases de données des clients. Ce travail a abouti en 2019 à un premier Rapport d’impact (voir le graphique ci-après).

Difficultés et défis rencontrés… ou les multiples paradoxes de la mesure d’impact !

La mesure de l’impact généré par Inpulse grâce à ses investissements dans les bilans des Institutions de microfinance clientes n’est pas sans paradoxes ou difficultés. Parmi les défis majeurs auxquels Inpulse a été confronté figure la traduction des principes généraux énoncés par les ODD en indicateurs concrets. Par exemple, comment traduire une notion telle que l’« égalité entre les sexes » (ODD 5) en un nombre restreint d’indicateurs mesurables ? Conformément aux critères du 2XChallenge, un des indicateurs ajoutés parmi d’autres a été celui du nombre de femmes occupant des postes à responsabilités dans les institutions clientes.

Dans cette démarche, un autre défi a été de trouver le juste équilibre entre les niveaux macro et micro. La difficulté consistait à élaborer un système de suivi efficace et facile d’usage, qui puisse être utilisé par l’ensemble des institutions clientes mais qui permette de rendre compte de la grande hétérogénéité des contextes pouvant exister entre l’Afrique du Nord, le Moyen Orient, l’Europe de l’Est et de l’Ouest où elles opèrent. Or, comment juger d’une « performance » dès lors que l’absence de « benchmark » fiable empêche de comparer et d’établir toute marge de progression ? Ces défis ont poussé Inpulse à élaborer l’un des principes clés de son système ESG : tester la cohérence des opérations de l’institution cliente vis-à-vis de la mission sociale déclarée.

Quantifier, mesurer, suivre… et après ?

Une fois les données collectées, analysées, interprétées, comment les utiliser pour préparer le futur ? Cette question primordiale a conduit à élaborer une théorie du changement adaptée à la démarche d’évaluation d’impact. Inpulse a voulu développer non seulement un outil de « reporting » pour mesurer sa contribution aux ODD, mais également un système capable de l’aider à établir, avec ses clients, des objectifs d’impact mesurables qui deviendraient partie intégrante des contrats d’investissement. L’investissement d’impact devient alors un effort de longue haleine qui vise à suivre dans le temps l’évolution concrète de certains indicateurs clés liés à certains critères ODD et ESG. « Faire de l’impact » n’est donc pas seulement mesurer le changement, mais bien l’accompagner et l’encourager avec conviction et ténacité.

L’équipe ESG & Impact
Inpulse Investment Manager