L’Assemblée générale des Nations Unies s’est réunie en septembre pour adopter le nouvel agenda international de développement : le 25 septembre 2015, elle a ainsi adopté la résolution A/RES/70/1 « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ». Elle entérine les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD), remplaçant les désormais anciens Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui ont constitué l’agenda international du développement de 2000 à 2015.

17 ODD ont été adoptés, avec 169 cibles connexes. Intégrés, interconnectés et indissociables, ces ODD témoignent de l’ampleur et de l’ambition de ce nouvel agenda universel de 2015 à 2030. Ils constituent désormais le nouveau plan d’action, un plan d’action pour l’humanité, la planète et la prospérité.

17 ODD, 3 engagements 

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 fixe 3 engagements :

  • Lutter contre les inégalités, l’exclusion et les injustices
  • Faire face au défi climatique
  • Mettre fin à l’extrême pauvreté

Des OMD aux ODD

Le premier constat est que le bilan des anciens OMD est plutôt positif, bien qu’il reste encore beaucoup à atteindre.

Les ODD visent à réaliser ce qui ne l’a pas été par les OMD, et, au-delà des OMD, ils concilient les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et environnementale.

Les nouveaux ODD diffèrent donc des OMD par leur démarche, leur fond et leur portée.

  • La démarche: alors que les OMD résultaient essentiellement du travail collectif d’agences d’aide au développement, les ODD sont le résultat de la réflexion et du travail des Etats, du Nord comme du Sud, développés, en développement et émergents. Les ODD concernent tout le monde, et tout le monde doit en rendre compte, de la France au Burkina Faso. Ainsi, les ODD entérinent le processus de passage d’une relation nord-sud prescriptive à une relation de partenariat, de partage.
  • Le fond: alors que les OMD visaient 8 cibles bien définies, les ODD visent également des processus, comme la croissance, la paix ou la transition énergétique. Les ODD vont au-delà des secteurs sociaux (pauvreté, mortalité, accès à l’alimentation et à l’eau…) sur lesquels étaient centrés les OMD, en incluant également des objectifs tels que le défi climatique et environnemental, la transition énergétique ou la croissance.
  • La portée: les ODD constituent des objectifs véritablement globaux, transversaux et universels.

Spécificité des ODD

Ces différences d’approche des ODD par rapport aux OMD font ressortir toute leur spécificité : l’inter connectivité, la globalité, l’universalité, la transversalité et le principe de responsabilité qui en découle.

  • L’inter-connectivité des ODD: la spécificité des ODD est justement qu’ils sont indissociables et interconnectés, en ce qu’ils ont chacun leur place dans l’agenda du développement. Malgré leur nombre important et la variété d’objectifs connexes, les ODD sont finalement plutôt concis si on les compare aux stratégies et aux agendas nationaux.
  • La globalité: les ODD touchent tant des objectifs sociaux que des processus, avec les trois engagements de lutte contre les inégalités, l’exclusion et les injustices, faire face au défi climatique et mettre fin à l’extrême pauvreté.
  • La transversalité: tous sont concernés par les ODD, Etats, soient-ils du Nord ou du Sud, soient-ils développés, en développement ou émergents, pouvoirs publics, acteurs économiques et secteur privé, société civile et citoyens.
  • Le principe de responsabilité: les ODD s’appliquent à tout le monde, même si la responsabilité incombe en premier lieu aux Etats. En cela, on assiste à un véritable changement de paradigme par rapport aux OMD.
  • Le processus intégré

La mise en œuvre des ODD 

Les ODD sont très ambitieux : pour poursuivre l’élan et les réussites des OMD, il faut se poser dès maintenant la question de leur mise en œuvre. Pour être atteignables, les ODD doivent être regardés comme intimement liés, et être mis en œuvre de manière intégrée. En partant du postulat du résultat positif des OMD, on peut considérer que les ODD sont effectivement atteignables, ou du moins réalistes. Mais pour cela, le défi de la mise en œuvre de ces ODD est à relever dès maintenant.

La première question qui se pose est celle de savoir à qui incombe la responsabilité de la mise en œuvre des ODD. S’ils concernent effectivement tout le monde, et que tous les acteurs et tous les secteurs sont concernés par leur mise en œuvre, les Etats jouent néanmoins un rôle moteur et doivent exercer un leadership politique sur les autres acteurs. La mise en œuvre commence donc par le haut, mais incombe ensuite à tous les acteurs, publics, privés et de la société civile.

  • Les Etats : il faut avant tout une volonté politique forte et des politiques publiques cohérentes. Ce sont avant tout les Etats, ceux du Nord comme ceux du Sud, qui doivent impulser la mise en œuvre des ODD.
  • Les acteurs économiques
  • La société civile
  • Les citoyens: une autre spécificité des ODD est leur processus véritablement intégré et l’instauration d’un processus consultatif, dans lequel les citoyens auront un vrai rôle à jouer.

Quelle organisation du travail pour la mise en œuvre des ODD ?

Pour mettre en œuvre les ODD de manière efficace et respecter l’agenda 2030, il faut sortir de la logique sectorielle, et opter pour une approche multidimensionnelle et de convergence des agendas. Cela passe par trois approches, qui supposent une appropriation des ODD à tous les niveaux (compétences, performance et gouvernance) :

  • Une approche territoriale et multidimensionnelle
  • Une approche multi acteurs
  • Une approche processus

Les ODD entraînent non seulement un véritable changement de paradigme, mais aussi un vrai changement d’échelle, à travers notamment l’aspect multidimensionnel et les partenariats multi acteurs. Les partenariats multi acteurs apparaissent donc comme particulièrement déterminants pour réussir les défis sociaux, économiques et environnementaux à l’horizon 2030.

Retrouvez l’interview de Friederike Röder, Directrice de ONE France, pour ideas4development : Pour atteindre les ODD : des partenariats et des engagements du Nord et du Sud.

A un mois seulement de l’adoption de ce nouvel agenda, plusieurs questions restent néanmoins encore en suspens, et notamment la question du financement des ODD : leur mise en oeuvre suppose nécessairement la question du financement, or les besoins financiers pour que ce nouveau plan d’action soit une réussite dépassent les hypothèses les plus optimistes. La finance privée sera donc amenée à jouer un rôle particulièrement essentiel pour la mise en oeuvre des ODD. Enfin, une autre question cruciale est celle du suivi de leur mise en oeuvre.

Retrouvez la vidéo de la conférence 17 ODD ambitieux adoptés : et maintenant ? organisée par l’Agence Française de Développement (AFD) et ID4D.