L’avenir est déjà ici. L’avancée des technologies exponentielles –véhicules autonomes, impression 3D, manipulation génétique, robotique, Intelligence artificielle (IA), Internet des objets– est sur le point de déclencher la 4e révolution industrielle qui aura un impact sans précédent sur notre travail, nos relations et nos tâches quotidiennes.

Plusieurs dirigeants mondiaux ont déjà souligné la nécessité de nouveaux accords internationaux pour repenser le code de conduite qui devrait guider l’utilisation de ces technologies, la fameuse « éthique 2.0 ». Stephen Hawking et Elon Musk appellent à démultiplier les efforts pour que chaque personne puisse faire de l’IA un bénéfice, tout en évitant les risques qu’elle peut induire. L’Organisation des Nations Unies a également initié un dialogue international pour encourager l’innovation dans ce domaine au service des Objectifs de développement durable (ODD).

L’éducation formelle et informelle doit également répondre à ces nouveaux défis. Il devient urgent de former les citoyens afin de faire un usage éthique des outils technologiques pour améliorer le bien commun.

Au Brésil, plus que l’inclusion numérique, l’ONG Recode (Centre pour l’Intégration Numérique internationale au Brésil) favorise l’autonomisation numérique des jeunes en situation de vulnérabilité sociale. Grâce à une méthodologie inspirée par l’éducateur brésilien Paulo Freire, Recode crée un réseau dans les communautés, les écoles et les bibliothèques publiques et offre une formation continue et un programme de cours qui dépasse le domaine du logiciel. Le programme vise à présenter une introduction au monde numérique et à développer chez les jeunes les compétences fondamentales du XXIe siècle, telles que la co-création et la communication affective et efficace.

En France, Simplon.co, l’un des partenaires de Recode, vise à réduire la fracture numérique en proposant des formations intensives gratuites sur les compétences numériques hautement demandées aux chômeurs, ainsi qu’à des profils sous-représentés dans le secteur (femmes, réfugiés, seniors, personnes handicapées). L’approche pédagogique, en combinant compétences techniques et relationnelles, est conçue pour favoriser l’autonomie et l’estime de soi, et le contenu est relié aux besoins des entreprises locales.

C’est pourquoi il est important de créer un mouvement qui puisse rassembler différents secteurs pour faire de la technologie un outil de résolution des problèmes sociaux. La connexion entre les différents acteurs –gouvernements, entreprises de technologie, entrepreneurs sociaux, ONG– peut favoriser la création d’un écosystème capable de promouvoir des changements à grande échelle, affectant la manière dont les individus et les organisations s’approprient la technologie.

C’est notre « e-topia » : imaginer un monde où les individus utilisent la technologie pour construire une société plus juste et plus libre.

Rodrigo Baggio
Fondateur et président
Center for Digital Inclusion International

Cet article est tiré du Baromètre de l’Entrepreneuriat Social 2018 téléchargeable ici.