Des projets qui donnent accès à tous à l'eau et à l'assainissement !

Le projet Eau et Vie Bangladesh

Le projet VIMAPRO

Deux projets nominés aux Prix Convergences sous le signe de l’ODD 6 !

Venez les rencontrer le 2 juin à la soirée de Remise des Prix Convergences !

LES PROJETS

A quelle problématique répond le projet ?

Eau et Vie Bangladesh : Le Bangladesh, 2ème pays le plus vulnérable aux impacts du changement climatique selon la communauté internationale, est l’un des pays les plus peuplés de la planète. A Dhaka, la capitale, 30% des habitants vivent dans des bidonvilles avec un accès limité à l’eau et dans des conditions d’hygiène et d’assainissement déplorables. Selon le schéma directeur d’assainissement de Dhaka, à peine 20 % de la population de la capitale est desservie par le réseau d’égout centralisé et seuls 35% des effluents générés par le réseau atteint l’unique station d’épuration de la ville. A Bhashantek où Eau et Vie intervient, 80% des latrines répertoriées sont considérées comme non hygiéniques. Dépourvues d’eau et de lumière, les toilettes posent également des problèmes de sécurité et d’accessibilité, notamment pour les femmes, les enfants et les personnes à mobilité réduite.

Vimapro : L’assainissement collectif à Ouagadougou est déficient à l’heure actuelle : les conditions d’hygiène et d’assainissement sont à l’origine de maladies et d’un fort taux de mortalité. La plupart des ménages utilisent des latrines traditionnelles qui ne sont pas raccordées au système d’égout de la ville et qui sont vidangées soit mécaniquement soit manuellement. L’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) estime que 26% des vidanges sont effectuées manuellement dans la capitale. Cette activité de vidange manuelle est effectuée dans de mauvaises conditions hygiéniques – pieds et mains nus, sans matériel de protection – mais aussi de manière illégale – de ce fait, les vidangeurs travaillent souvent la nuit pour échapper à la police. Pourtant, cette activité  concerne environ trois latrines sur dix et est nécessaire dans les quartiers périphériques où les latrines traditionnelles sont inaccessibles aux camions vidangeurs. Les vidangeurs représentent ainsi un maillon essentiel de la chaîne de l’assainissement dans la capitale du Burkina Faso.

Quelle solution est mise en oeuvre ?

Eau et Vie Bangladesh : L’approche d’Eau et Vie consiste en la création de deux structures complémentaires, une entreprise sociale et une ONG locale.  D’une part, l’entreprise construit un réseau d’eau et la distribue en assurant tous les services associés (facturation, entretien du réseau) et d’autre part l’ONG assure le renforcement des communautés par le biais de formations, installe des bornes incendie et forme des pompiers volontaires et met en place des services de gestion des déchets et d’assainissement. L’efficacité des services d’accès à l’eau, de lutte contre les incendies et de collecte des déchets déployés par Eau&Vie et SJP depuis 2013 en ont fait les interlocuteurs privilégiés de la population lorsqu’il s’est agi d’améliorer l’assainissement du quartier. En 2015, Water and Life a donc réalisé une étude pour déterminer l’état actuel des services d’assainissement ainsi qu’une cartographie des latrines a été réalisée, révélant leurs caractéristiques et les problèmes existants. A partir de cette étude, sur les 886 toilettes présentes à Bhashantek, trois complexes de 21 toilettes ont été choisies pour la mise en place d’un projet pilote de réhabilitation des latrines, comprenant un complexe de toilettes publiques avec plus de 700 usagers quotidiens, un complexe situé à proximité d’une école avec plus de 120 usagers quotidiens et un complexe privé avec plus de 80 usagers quotidiens. En plus des réparations techniques, une analyse économique et un plan de gestion des latrines ont été réalisés afin d’en permettre une bonne utilisation et maintenance.

Vimapro : Le projet consiste à former les vidangeurs aux techniques de vidange hygiénique, à la gestion financière et aux principes de base d’entrepreneuriat social et à les doter en matériel et en équipements pour leur travail (tricycles à moteur, fûts, seaux, pelles, blouses, gants, casques, bottes, lunettes et masques). Dans un cadre de concertation avec la municipalité, nous entreprenons un plaidoyer pour que les autorités publiques légifèrent sur le métier de vidangeur. Enfin, nous sensibilisons la population à l’hygiène et à la bonne utilisation des latrines dans quatre arrondissements de Ouagadougou.

 

LES PARTENARIATS

Les partenaires d'Eau et Vie Bangladesh

SE_logo_fiS_Black  Logo Aquassistance

Les partenaires de VIMAPRO

RVB_VEOLIA_H_20CM Logo_ABASE

logo_AJDD        logo_artois_picardie

logo-agencemicroprojets   projectiob capture

Quel est l’objectif du partenariat ?

Eau et Vie Bangladesh : Grâce à un appui financier constant, le Fonds Suez Initiatives a permis le démarrage et le déploiement du programme d’amélioration des conditions de vie des familles des quartiers précaires de Dhaka. Une demande de renouvellement du soutien financier pour la période 2017-2019 est en cours. Par ailleurs, tout au long de la période de partenariat, le Fonds Suez a apporté un soutien technique par la mise à disposition d’experts qui ont évalué les projets. Enfin, le Fonds facilite la mise en réseau d’Eau et Vie. En parallèle, l’association Aquassistance apporte depuis 2014 un appui financier et technique sur ce même projet. Aquiassitance a apporté en 2015 et 2016 un soutien financier au projet, en fonction des objectifs et des besoins du programme. Par ailleurs, trois experts Aquassistance ont conduit deux missions de terrain, qui ont fait l’objet d’un rapport détaillé,afin d’évaluer, conseiller et accompagner le déploiement des services.

Vimapro : Le partenariat avec les associations ABASE et AJDD a pour objectif la co-création d’un projet d’assainissement, construit avec les bénéficiaires eux-mêmes. L’association des vidangeurs manuels ABASE assure le lien avec les bénéficiaires et gère les aspects techniques liés à l’activité de la vidange. L’AJDD gère les volets sensibilisation et accompagnement à la recherche de fonds, notamment auprès d’instituts de microfinance. Le réseau Projection est le porteur du projet et coordonne l’ensemble des activités du projet.

En quoi ce partenariat est-il innovant ?

Eau et Vie Bangladesh : Le partenariat est innovant car il a permis de lancer et viabiliser un modèle unique dans les bidonvilles urbains. Le succès de la première phase, achevée en 2013, a permis au partenariat de perdurer mais aussi de pérenniser le projet en augmentant le nombre de bénéficiaires et en l’étendant à d’autres problématiques liées à l’eau telles que l’assainissement et la gestion des déchets. Le Fonds Suez a contribué au projet par son savoir-faire et son expertise pour permettre à Eau et Vie d’apporter une réponse globale aux populations précaires. D’autre part, l’implication des experts d’Aquassistance apporte l’appui technique nécessaire à la réussite des activités. Les deux missions d’évaluation réalisées en 2014 et 2015 par Aquassistance ont permis à Eau et Vie de faire évoluer et d’améliorer le projet à Dhaka en tenant compte des recommandations faites. Ce partenariat de longue durée a instauré une véritable relation de confiance entre les différentes parties et a fait évoluer la collaboration sur un travail de co-construction, au bénéfice des communautés.

Vimapro : Notre partenariat est innovant car c’est la première fois qu’une association de vidangeurs manuels à Ouagadougou participe de manière active à un projet d’amélioration de la qualité de leur service. Les partenaires sont à la fois les bénéficiaires, ce qui permet une très forte implication des bénéficiaires. Le partenariat mis en place permet un accompagnement structurel de l’association des vidangeurs qui tend vers un modèle d’entreprise social.