L’investissement participatif, levier du développement

des entreprises sociales

Le financement et l’investissement participatifs sont en plein essor. Cette nouvelle manière d’investir ne requiert aucun intermédiaire entre l’épargnant-investisseur et l’économie réelle. Elle séduit de plus en plus de français mais aussi d’européens. Une étude de Finance Participative France et KPMG confirme une croissance de 44% du financement participatif en France au cours des trois dernières années1. Plus de 90% vient financer l’économie réelle, notamment l’immobilier et l’environnement, qui demeurent les secteurs les plus dotés. Si l’on se penche plus précisément sur les énergies renouvelables par exemple, ce sont plus de 20 millions d’euros qui ont été collectés en 2017.

Le recours au financement participatif permet même à une entreprise d’appliquer concrètement les principes de l’économie sociale, et ce à différents niveaux.

De nouveaux investissements participatifs vont plus loin encore, et permettent une réelle sensibilisation du grand public à la finance. C’est le cas du crowdequity (ou investissement participatif) qui propose une approche éducative de l’investissement, et qui a donc une utilité sociale forte de par son procédé.

Le financement participatif, et plus particulièrement le crowdequity, a donc le vent en poupe, surtout auprès des entreprises sociales et des investisseurs solidaires. Ce secteur incarne en effet un grand nombre de valeurs partagées par la finance solidaire, comme les critères de transparence et d’engagement des épargnants. Le recours au financement participatif permet même à une entreprise d’appliquer concrètement les principes de l’économie sociale, et ce à différents niveaux.

Premièrement, le crowdequity permet de favoriser une gouvernance démocratique, à travers une participation de la société civile au capital et à la vie de l’entreprise. Deuxièmement, il facilite la répartition des richesses entre les parties prenantes : il permet à chacun (salariés, partenaires, clients, dirigeants) de devenir actionnaire et donc d’être associé à la plus-value de l’entreprise, ainsi qu’à la prise de décision. Troisièmement, il valorise le principe de transparence au cœur de l’économie sociale. Les actionnaires ont accès au reporting financier mais aussi aux données relatives à l’impact social et/ou environnemental de l’entreprise. Ils peuvent dès lors orienter leur prise de décision de consommation ou de vote, sur la base de résultats tangibles et vérifiés.

En plus d’être une réponse aux besoins en financement des entrepreneurs sociaux, l’investissement participatif est donc un véritable levier de pérennisation du modèle économique des entreprises sociales et de leur impact.

L’autre impact positif du crowdequity pour les entreprises sociales est qu’il a un effet de levier sur des financements complémentaires. En effet, bon nombre de fonds d’impact investing ne financent pas ou peu d’entreprises innovantes ou en phase d’amorçage. Celles-ci peinent souvent à trouver les financements complémentaires pour développer des activités dites « à risque ». Grâce au développement du crowdequity, on assiste à une démultiplication des co-investissements entre particuliers et entreprises sociales en amorçage. Par ailleurs, le crowdequity peut être utilisé par les entreprises sociales plus matures ou plus résilientes pour gérer leurs levées de fonds récurrentes. L’Union européenne a d’ailleurs facilité ces levées de fonds régulières en modifiant le cadre réglementaire autour du financement participatif, pour permettre à toute entreprise sociale de lever jusqu’à 8 millions d’euros en crowdequity tous les 12 mois. Cela permettra de faciliter le changement d’échelle et le financement citoyen des entreprises sociales.

Enfin, ce modèle de financement augmente la résilience de ces entreprises. Intégrer ses parties prenantes et ses salariés n’apporte pas seulement de l’utilité sociale, mais constitue un véritable avantage compétitif. Les intégrer à son développement revient à fidéliser son écosystème et permet aux entreprises sociales de créer de réelles barrières à l’entrée.

En plus d’être une réponse aux besoins en financement des entrepreneurs sociaux, l’investissement participatif est donc un véritable levier de pérennisation du modèle économique des entreprises sociales et de leur impact.

1. http://financeparticipative.org/barometres-crowdfunding/barometre-du-crowdfunding-2017/
2. https://www.greenunivers.com/2018/04/exclusif-barometre-2017-du-crowdfunding-205-me-pour-les-enr-180320/

Eva Sadoun
Présidente et co-fondatrice
LITA.co