Alors que l’engagement de la jeunesse pour le climat a régulièrement fait la une de l’actualité ces dernières années, quel est réellement le niveau d’engagement des jeunes ? Sont-ils suffisamment informés ? Souhaitent-ils et peuvent-ils agir ? Avec l’IFOP, l’ONG ACTED a réalisé un sondage1 sur ce thème auprès des Français de 15 à 35 ans à l’été 2020. Celui-ci avait pour objectif de mieux éclairer leurs connaissances, leurs engagements et leurs priorités, et a été mené dans le cadre de 1Planet4All2.

Visible notamment à travers les grèves pour le climat, la préoccupation des jeunes pour les questions environnementales et climatiques est palpable. En effet, pour 83% des jeunes interrogés dans le cadre du sondage, les effets du dérèglement climatique ont déjà commencé à se faire sentir. Ce phénomène est d’ailleurs identifié par une majorité de jeunes (59%) comme le risque lié à la santé et à l’environnement le plus préoccupant de notre époque, loin devant la pollution atmosphérique ou le risque nucléaire.

Malgré cet intérêt, seuls 55% des 15-35 ans estiment être bien informés sur le changement climatique. Ils sont d’ailleurs 20% à penser que celui-ci est au moins en partie lié au réchauffement naturel de la planète, signe que le niveau de connaissance sur le sujet est loin d’être uniforme. De plus, les connaissances des jeunes ne sont que parcellaires quant aux programmes d’action contre le changement climatique. Si les jeunes sont 68% à avoir déjà entendu parler de l’Accord de Paris sur le climat, et 62% des Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU, ils sont beaucoup moins nombreux à savoir précisément ce dont il s’agit (21% pour l’Accord de Paris et 17% pour les ODD). Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), lui, n’est connu que par 36% des sondés.

Ce niveau de connaissance mitigé s’accompagne d’une faible confiance dans les institutions. Pour les jeunes, ce sont avant tous les citoyens, cités par 51% des sondés, qui sont les plus capables d’agir contre le réchauffement climatique. L’Etat et les entreprises ne viennent qu’en deuxième et troisième positions, devant les organisations internationales, l’Union européenne, les scientifiques et les ONG.

Conscients de leur rôle, les jeunes sont plus de 7 sur 10 à se déclarer engagés dans la lutte contre le changement climatique, à titre individuel ou collectif. Cependant, bien que désireux d’agir à leur échelle, 41% des jeunes interrogés se disent mal informés sur les moyens d’agir. Parmi ceux qui ne s’engagent pas, 36 % affirment le souhaiter, mais ne pas savoir comment faire. Signe qu’un travail d’information et de mobilisation important reste à accomplir auprès des jeunes, lequel sera toutefois facilité par leur conscience de l’enjeu climatique.

1 L’ensemble des chiffres issus de ce sondage peut être consulté à l’adresse suivante : https://bit.ly/35Z66sq
2 Un projet financé par l’Union européenne visant à informer et mobiliser les jeunes pour le climat, mis en oeuvre dans 12 pays européens, et auquel participe Convergences

Arielle Romenteau
Responsable de projet DEAR – 1Planet4All
ACTED