Les Objectifs de développement durable (ODD) et l’Accord de Paris sur le climat identifient des cibles pertinentes pour le monde et pour chaque pays aux horizons 2030 et 2050. L’atteinte de ces cibles nécessite des actions complémentaires de la part des gouvernements, de la société civile, de la science et des entreprises. Or, ces deux accords ne définissent pas la marche à suivre pour atteindre ces objectifs. Compte tenu des synergies entre certains objectifs, il est peu recommandable pour un gouvernement ou une entreprise d’établir 17 stratégies distinctes pour atteindre chacun des ODD. Par exemple, une stratégie pour la biodiversité terrestre (ODD 15) doit tenir compte des questions liées à l’agriculture, la gestion durable des sols et des habitudes alimentaires (ODD 2). L’absence d’un cadre d’action commun pour opérationnaliser les ODD est un frein à leur mise en œuvre.

Un cadre opérationnel pour mettre en œuvre les ODD et l’Accord de Paris sur le climat basé sur six grandes transformations

Pour pallier cette absence de cadre opérationnel commun, le Réseau des solutions pour le développement durable des Nations Unies (SDSN) en partenariat avec un groupe de scientifiques, propose 6 grandes transformations1 qui sont nécessaires à l’atteinte des ODD et l’Accord de Paris sur le climat :

1. Education, Genre et Inégalités
2. Santé, Bien-Etre et Démographie
3. Energie, Décarbonation et Industrie Durable
4. Gestion durable des sols, de l’alimentation, de l’eau et des océans
5. Villes et communautés durables
6. Révolution digitale pour le développement durable

Ces six transformations comprennent des éléments plus spécifiques qui visent à soutenir les efforts des gouvernements et des entreprises pour mettre en œuvre les ODD. Les principes de justice sociale visant à « ne laisser personne de côté » et à entraîner une économie plus circulaire sont sous-jacents aux dites transformations.

Ces six transformations ont été établies sur la base d’une analyse rigoureuse des synergies et compromis entre les 17 ODD et 169 cibles (voir graphique). Ce cadre analytique peut et doit être adapté selon les pays et les contextes. Il a par exemple été utilisé et adapté dans une étude récente pour soutenir l’alignement des stratégies de l’Union européenne, incluant le Pacte vert pour l’Europe, avec les ODD2.

Crise de la COVID-19 et mise en œuvre des transformations sociétales

La crise de la COVID-19 rend encore plus urgente la mise en œuvre de ces transformations. Si les ODD avaient été réalisés, la capacité des pays à répondre et à contrôler les problèmes de sécurité sanitaire mondiale, comme les pandémies, aurait été beaucoup plus efficace. En effet, l’ODD 3 (Bonne santé et bien-être) appelle à renforcer les moyens dont disposent tous les pays en matière « d’alerte rapide, de réduction des risques et de gestion des risques sanitaires nationaux et mondiaux »3. Or, de nombreux pays, y compris parmi les pays riches, ont négligé cet objectif. L’urgence climatique doit également pousser les gouvernants à accélérer l’opérationalisation des ODD. La déforestation et autres problèmes environnementaux augmentent la probabilité de pandémies dans le futur4.

Les six transformations fournissent un cadre détaillé sur lequel construire des stratégies de relance post COVID-19. Pour les réaliser, les gouvernements doivent considérer trois principaux changements.

Premièrement, ils doivent mettre l’accent sur la planification à long terme avec le soutien de la science, de l’ingénierie et des politiques publiques. Les pays devraient envisager des objectifs à moyen et long terme avec des horizons temporels de 10 à 30 ans (c’est-à-dire 2030 pour les ODD et 2050 pour l’Accord de Paris) et développer des trajectoires et plans d’actions concrets (pathways) tout en opérant une surveillance régulière des progrès effectués.

Or, depuis les années 1990, de nombreux pays de l’OCDE ont perdu leurs capacités de prospective et de planification stratégiques. La crise de la COVID-19 a révélé de profondes vulnérabilités dans les systèmes de santé en raison d’un manque de préparation, y compris dans les pays d’Europe occidentale. La récente nomination en France d’un haut-commissaire à la planification et à la prospective en août 2020 démontre une volonté politique d’intégrer plus efficacement les considérations de long terme dans les cadres politiques et les stratégies gouvernementales à la suite de la COVID-19.

Deuxièmement, les cadres budgétaires doivent être alignés sur ces objectifs à moyen et long terme pour renforcer l’investissement public dans les ODD aux côtés du financement privé. Pour mobiliser des financements privés et les orienter vers chaque transformation requise par l’Agenda 2030, les gouvernements peuvent utiliser des mécanismes correctifs, par le biais de taxes, de redevances ou de permis négociables, ou utiliser leurs pouvoirs législatifs et réglementaires. Une coordination à l’échelle de l’ensemble du gouvernement est nécessaire pour assurer la cohérence de l’action publique. A ce titre, l’intégration transversale des enjeux liés au développement durable, au sein de certains ministères clés (économie, industrie etc.), est nécessaire5.

Troisièmement, ces grandes transformations ne peuvent réussir que si elles jouissent d’une légitimité sociétale. Les processus politiques doivent donc impliquer les citoyens dans la prise de décisions de façon participative, et promouvoir la transparence et la responsabilité. Les récents processus d’engagement citoyen lancés en Finlande, en France, avec la Convention Citoyenne pour le Climat et au Royaume-Uni (entre autres) vont dans la bonne direction.

Les ODD peuvent guider la relance économique. À court terme, la COVID-19 a un effet dévastateur sur les ODD. Les populations les plus pauvres sont particulièrement touchées, à travers de fortes baisses de revenus et une hausse de la faim dans le monde. À moyen et plus long terme, la crise de la COVID-19 peut se transformer en « tremplin » vers des économies plus durables, inclusives et résilientes. Les efforts pour éradiquer le virus doivent aller de pair avec les initiatives visant à renforcer les institutions multilatérales comme l’OMS et la mise en œuvre des accords internationaux comme les ODD et l’Accord de Paris. La société civile et la communauté scientifique doivent soutenir ces efforts en fournissant des solutions et des données probantes pour mettre en œuvre ces objectifs et en tenant un discours ferme sur la nécessité et la faisabilité d’une part, mais également sur les modes de financement qui peuvent être mobilisés et le coût abordable de ces transformations.

1 Sachs, J.D., Schmidt-Traub, G., Mazzucato, M. et al. Six Transformations to achieve the Sustainable Development Goals. Nat Sustain 2, 805–814 (2019). https://doi.org/10.1038/s41893-019-0352-9
2 SDSN & IEEP. 2019. The 2019 Europe Sustainable Development Report. Sustainable Development Solutions Network and Institute for European Environmental Policy: Paris and Brussels.
3 https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/health/
4 https://news.un.org/en/story/2020/10/1076392
5 La Croatie a par exemple récemment créé un nouveau ministère, le Ministère de l’économie et du développement durable, pour intégrer pleinement le développement durable dans les enjeux économiques du pays.

Guillaume Lafortune
Directeur
SDSN, Paris