La signature en 2015 de l’Agenda 2030 témoigne de la portée globale et systémique des défis sociétaux contemporains. Au cœur de cet agenda, 17 Objectifs de développement durable (ODD) ont été fixés. Ils couvrent l’ensemble des enjeux de développement qui concernent notre écosystème planétaire tels que la pauvreté, la faim, la santé, l’éducation, le travail, l’énergie, le climat et les inégalités, entre autres. Parmi eux, la coopération et les alliances stratégiques (ODD 17) ont été inscrites comme un levier essentiel pour l’atteinte de ces objectifs.

Historiquement, de nombreuses initiatives s’articulent autour de pratiques partenariales et d’actions concertées. Au Canada, les tables locales de concertation, communément appelées « tables de quartier », constituent de véritables réseaux d’action commune par lesquels transitent bon nombre d’enjeux liés au développement social des territoires1.

Par leur nature participative, ces tables représentent des plateformes innovantes fondées sur la concertation intersectorielle. Ces structures ont pour but de renforcer la capacité de concertation des organisations locales ainsi que la mise en réseau des acteurs territoriaux. Cela peut concerner différents secteurs d’intervention – jeunesse, santé mentale, sécurité alimentaire, etc. – et divers réseaux – communautaire, municipal, scolaire, etc. Grâce à cette modalité de gestion publique, les acteurs du territoire sont en mesure de concevoir et de mettre en œuvre des innovations territoriales durables.

Au Canada, une initiative inspirante d’innovation territoriale durable

Le CLIC-BC (Conseil local des intervenants communautaires de Bordeaux-Cartierville) est né en 1991 à l’issue du colloque « Deux mondes, deux réalités », organisé par divers intervenants de Bordeaux-Cartierville (Québec, Canada) qui se questionnaient sur l’appauvrissement de leur quartier. Ce colloque a permis de mettre en évidence le fait que Bordeaux-Cartierville était et est toujours un quartier à deux vitesses, où l’extrême richesse côtoie l’extrême pauvreté. Afin de maximiser la portée de leurs actions, une trentaine d’intervenants ont alors choisi de se regrouper au sein d’une instance de concertation permanente, le CLIC-BC, qui devait leur permettre de s’entraider et d’agir plus efficacement sur le territoire.

La mission du CLIC-BC est d’être au service de l’avenir de ce quartier et comprend deux mandats principaux2. Le premier consiste à coordonner la mise en œuvre du plan concerté en développement social du quartier pour la période 2019-2024 « Des possibles aux réels ». Ce plan, élaboré par plus de 150 acteurs du quartier (résidents, membres et partenaires) comprend quatre orientations : services et ressources, déplacements, habitation et verdissement, et enfin, vivre-ensemble. Le deuxième mandat consiste quant à lui à piloter la démarche de Revitalisation Urbaine Intégrée (RUI) « Bâtir ensemble un quartier à notre image ». Celle-ci vise à améliorer les conditions de vie des résidents ainsi que le cadre de vie du quartier, notamment en luttant contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Le rôle à jouer par l’équipe du CLIC-BC en matière de concertation est complexe et ses facettes sont multiples et différentes. Dans le cadre de tout projet territorial innovant, les acteurs concernés peuvent effectuer des missions bien différenciées, mais souvent complémentaires, au sein de plusieurs types d’instances participatives, telles que le conseil d’administration, les démarches3, les comités de travail et les projets collectifs.

Le CLIC-BC a donc pour mission d’encourager et de promouvoir les partenariats publics, les partenariats public-privé et les partenariats avec la société civile. Le plan concerté en développement social et la démarche de Revitalisation Urbaine Intégrée (RUI) précédemment mentionnés en sont de bons exemples. Ce rôle de facilitateur et de promoteur d’innovations territoriales clairement identifiables du CLIC-BC est particulièrement précieux pour le développent durable du quartier.

Dans le cas de la Revitalisation Urbaine Intégrée4, la gouvernance fonctionne à travers un comité local de revitalisation qui compte une trentaine de membres du CLIC-BC et un comité consultatif, en charge d’un suivi plus pointu des actions territoriales. Les citoyens sont considérés comme des acteurs de premier plan dans cette démarche. Dans les cas de ces deux comités, la participation citoyenne est possible, et même encouragée : un agent est responsable de favoriser leur participation et leur mobilisation.

Dans ce contexte, la coopération et les alliances stratégiques entre les membres du CLIC-BC sont aujourd’hui un atout indispensable qui permet l’émergence d’un bon nombre d’innovations territoriales durables5. De par leur nature stratégique et coopérative, ces innovations promeuvent des partenariats efficaces entre les collectivités territoriales, le secteur privé, les structures de l’économie sociale et solidaire et la société civile. Elles sont nécessaires pour la réalisation des ODD à l’échelle planétaire, sur les plans local, régional, national, et international. Pour cela, elles doivent être inclusives, construites sur des principes et des valeurs communes, et placer au cœur de leurs stratégies les peuples et les territoires.

1 Initiative montréalaise de soutien au développement social local (2006), disponible ici : http://www.ndg.ca/fr/qui-nous-sommes/bailleurs-de-fonds/252-funding-initiative-montrealaise.
2 Plus d’information sur le site web du CLIC-BC : http://www.clic-bc.ca/clic/
3 Les « démarches » sont un type d’instance participative dans le CLIC-BC.
4 RUI (Revitalisation Urbaine Intégrée) : http://www.clic-bc.ca/clic/rui/
5 Suárez-Herrera, J. C., Bah, B. (2018). Enjeux organisationnels associés à la gouvernance en réseau au sein d’une table de concertation intersectorielle et multi-réseaux, le CLIC de Bordeaux-Cartierville. Rapport de recherche. Montréal : CRPSI, CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

José Carlos Suárez Herrera
Enseignant-chercheur
Kedge Business School
Yunus Lab for Social Business and Sustainable Development