L’Europe connaît une transition énergétique accélérée. D’une production d’énergie polluante, centralisée et basée sur des combustibles fossiles et nucléaires importés, elle se dirige vers une production d’énergie plus décentralisée, basée sur des sources d’énergie propres, locales et renouvelables. Au cours de la prochaine décennie, cette évolution transformera fondamentalement notre économie, notre mode de vie et notre société dans son ensemble, et ce pour le mieux. La mobilité électrique transformera les transports, les nouveaux bâtiments produiront la majeure partie de l’énergie dont ils ont besoin, les anciens bâtiments seront adaptés à de nouvelles normes ou remplacés. Cela permettra de réduire les besoins de chauffage et de climatisation, les besoins restant pouvant être alimentés grâce aux énergies renouvelables, à des réseaux de chaleur, ou encore avec de l’énergie générée à partir de déchets agricoles et industriels.

L’entrepreneuriat social a un rôle crucial à jouer dans la transition énergétique de l’Europe. Alors que les gouvernements ont souvent besoin de temps pour se mettre d’accord sur de nouvelles mesures, les citoyens, en tant qu’entrepreneurs sociaux, ont un énorme potentiel pour conduire cette transition et doivent donc être au centre de celle-ci. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Au cours de l’électrification de l’Europe, les zones rurales, isolées et montagneuses ont souvent été laissées pour compte par des entreprises à but lucratif. Les citoyens, les agriculteurs et petites entreprises ont dû trouver des solutions ensemble ou s’en sont remis aux autorités locales. En Allemagne, par exemple, pas moins de 6 000 coopératives de distribution d’électricité ont été créées entre 1885 et 1932. Seule une cinquantaine d’entre elles ont survécu à la centralisation et à la nationalisation sous le nazisme, le communisme et dans le cadre du système néo-libéral actuel1, principalement dans les zones montagneuses où elles avaient le contrôle de leur propre production d’énergie. Au cours des 20 dernières années, plus de 800 nouvelles coopératives énergétiques ont été créées en Allemagne, principalement axées sur la production d’énergie renouvelable.

Grâce aux citoyens, la transition énergétique peut renforcer l’économie locale et la démocratie
La transition énergétique représente une opportunité de recentrer le développement économique sur la construction d’économies plus durables, circulaires, locales et régionales. La mondialisation, alimentée par des combustibles fossiles polluants, a principalement favorisé les intérêts des grandes multinationales et a déstabilisé les économies locales, si bien que de nombreux citoyens se sentent impuissants et laissés pour compte. Les investissements dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique offrent aux citoyens et aux entreprises de nouvelles opportunités et de nouveaux avantages, surtout s’ils sont réalisés au niveau local. L’énergie décentralisée contribue également à lutter contre la précarité énergétique, en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte.

En effet, on estime que le rendement pour l’économie et les communautés locales est jusqu’à huit fois plus élevé si les installations de production d’énergie renouvelable appartiennent aux citoyens, aux communautés énergétiques locales ou à des PME2. En particulier, les revenus provenant de la production locale d’énergie renouvelable peuvent constituer un apport pour réaliser les investissements nécessaires en matière d’efficacité énergétique dans les bâtiments. Cette propriété locale de la production d’énergie contribue non seulement à la relance de l’économie des zones rurales, mais elle permet également aux citoyens de s’impliquer. Elle a donc le potentiel de renforcer non seulement l’économie, mais aussi le modèle démocratique européen.

En adoptant les nouvelles directives du paquet « Energie propre » en 2019, l’Union européenne place enfin ses citoyens au coeur de la transition énergétique. Elle reconnaît les communautés énergétiques comme une clé de l’acceptation sociale de la transition énergétique. Chaque Etat membre de l’UE doit maintenant mettre en place un cadre juridique favorable aux communautés énergétiques et supprimer les obstacles3 qu’elles rencontrent actuellement, afin que les citoyens, les petites municipalités, les villes, les entreprises locales et les communautés énergétiques puissent s’approprier la transition énergétique et mettre en pratique cette politique d’énergie propre pour tous les Européens.

Dirk Vansintjan
Président
REScoop.eu

Le potentiel d’investissement citoyen

Pour un petit Etat membre de l’UE comme la Belgique, on estime que la transition énergétique nécessitera des investissements compris entre 300 et 400 milliards d’euros jusqu’en 2050. Mais les Belges disposent ensemble d’environ 275 milliards d’euros d’épargne dormante dans les banques, qui pourraient être investis localement. De tels investissements pourraient créer entre 20 000 et 60 000 emplois et permettre à l’économie belge d’économiser jusqu’à 20 milliards d’euros par an, en évitant l’importation de gaz, de pétrole, de charbon et d’uranium4.

Revitaliser les zones rurales grâce à la transition énergétique : l’exemple de Güssing

En 1988, Güssing (4 000 habitants), une petite ville d’Autriche, n’avait pas d’industrie ou de commerce important. Elle est aujourd’hui prospère grâce à une transition conséquente vers les ressources renouvelables locales. Là où on aurait pu craindre un taux de chômage élevé, plus de 1 000 emplois ont été créés. La facture annuelle de 6 millions d’euros pour les combustibles fossiles importés a été transformée en revenus de 14 millions d’euros provenant de la production locale d’énergie renouvelable. Dans une logique d’exemplarité, la municipalité a réduit ses dépenses énergétiques de près de 50 % grâce une politique d’efficacité énergétique, et les citoyens et les entreprises ont suivi. Ils ont ensuite réussi à éliminer complètement l’utilisation de combustibles fossiles importés, et ont redirigé cet argent vers l’économie locale, en utilisant leurs propres sources d’énergie renouvelable. À l’instar de Güssing, plus de 15 régions autrichiennes sont désormais indépendantes sur le plan énergétique en matière d’électricité, de chauffage et/ou de transports4.

Notes de bas de page

1 Holstenkamp, L. : The Rise and Fall of Electricity Distribution Cooperatives in Germany, document présenté lors de la «Conférence sur les systèmes coopératifs», Bolzano, 9 novembre 2012
2 Institut des technologies énergétiques décentralisées. Création de valeur régionale dans l’industrie éolienne en utilisant l’exemple du nord de la Hesse. http://www.erneuerbareenergien.de/local-added-value-from-a-community-wind-farm/150/437/96249/
3 Par exemple : obstacles réglementaires et administratifs injustifiés, traitement discriminatoire, procédures et frais de licence et d’enregistrement injustes, non proportionnés et non transparents, absence d’outils pour faciliter l’accès au financement et à l’information, absence d’accès à la transition pour les citoyens vulnérables, à faible revenu, locataires, ou absence de soutien à la collaboration/engagement entre les municipalités/autorités locales et les communautés.
4 Devogelaer, D, Duerinck, J, Gusbin, D, et al (2013). Vers une énergie 100 % renouvelable en Belgique d’ici 2050. https://emis.vito.be/sites/emis.vito.be/files/articles/1125/2013/Rapport_100_procent_Duurzame_Energie.pdf.
5 Guevara-Stone, L (2013). Gussing, Autriche, alimenté entièrement par des énergies renouvelables, 16 octobre 2013 par le Rocky Mountain Institute. https://cleantechnica.com/2013/10/16/renewable-energy-powered-austrian-town-gussing/.