Tous les mois, les Apéros Youth We Can! donnent la parole à des jeunes engagés et passionnés qui viennent raconter leurs parcours et partager leur vision d’une société plus inclusive et responsable. L’objectif ? Créer le déclic chez ceux qui n’osent pas encore s’engager et les accompagner pour sauter le pas !

Dans la rue et dans les urnes, les jeunes disent oui à l’écologie et à la sauvegarde du climat. Après un Apéro dédié à la mobilisation pour le climat en mai et dix jours après les élections européennes, Youth We Can! a donné rendez-vous à 5 jeunes européens engagés à l’occasion de la Semaine européenne du développement durable, venus partager leurs expériences lors d’un Apéro à la REcyclerie, un tiers lieu circulaire et solidaire en plein cœur de Paris.

Devenir volontaire avec le Corps européen de solidarité

Si un jeune sur cinq est engagé auprès d’une association, plus nombreux encore sont les jeunes qui souhaitent s’engager, bénévolement ou à travers leur travail, pour une société inclusive et durable. L’Union européenne constitue un véritable vivier d’opportunités mais, comment s’engager ? Quand sauter le pas ?

Luc Hervier et Jérémy Tremolières, membres du Corps européen de solidarité (CES) étaient présents pour répondre aux questions des membres de Youth We Can! sur ce programme de l’Union européenne qui vise à donner aux jeunes la possibilité de se porter volontaire ou de travailler dans leur pays ou à l’étranger pour aider des communautés et des personnes dans toute l’Europe. Des jeunes attirés par le milieu associatif trouvent ainsi le moyen de partir entre 6 mois et 1 an à l’étranger tout en profitant d’un soutien logistique et financier pour mener à bien des projets d’intérêt général.

Jérémy a lui-même fait l’expérience du volontariat européen. Il s’est engagé dans une association de promotion de la protection de l’environnement au Portugal et a mis en œuvre des campagnes de sensibilisation aux questions climatiques dans les écoles. C’est aussi le cas d’Hélène, une volontaire venue témoigner de son expérience pour YWC.

De l’Italie à la Turquie récit d’une volontaire convaincue avec Hélène Viel

Pourquoi se lancer dans le volontariat ? Après des études de droit, Hélène Viel s’est engagée dans une association d’aide aux migrants. Très vite elle a souhaité poursuivre son parcours associatif à l’étranger. Hélène est donc partie quatre mois en Italie, dans une région dévastée en 2016 par des tremblements de terre. Elle a travaillé pour l’association Arci Rieti sur une étude d’impact des différentes initiatives associatives mises en place suite à cette catastrophe. Cette expérience a été le moyen pour elle d’apprendre une nouvelle langue et de faire des rencontres enrichissantes qui l’ont mises sur la voie du volontariat européen.

Et la suite ? Après sa première expérience, Hélène ne compte pas en rester là !  Grâce aux rencontres qu’elle a faites en Italie, elle partira prochainement en Turquie pour une nouvelle mission de plusieurs mois. Elle travaillera pour une association turque en tant que « country leader » et organisera des discussions sur la thématique des droits de l’homme et de la communication non violente.

Valoriser la mobilité avec Erasmus Student Network

Connaissez-vous le programme Erasmus, qui permet à des jeunes de tous les Etats membres de l’UE d’étudier dans un autre pays au cours de leur cursus ? Si, oui, vous avez peut-être déjà croisé la route d’ESN, la plus grande association étudiante d’Europe.

Louise Chancelier a choisi de s’engager chez ESN depuis 1 an. Cette jeune diplômée en relations internationales et gestion de conflits effectue une mission de service civique au sein de ce mouvement pour la jeunesse en tant que coordinatrice des projets de sensibilisation à la mobilité internationale chez ESN.

Désireuse de travailler dans le milieu de la jeunesse, Lucie souhaitait donner une voix aux jeunes et avait envie de travailler dans un environnement multiculturel. Dans le cadre de son travail, elle guide les jeunes (14-30 ans) en quête de mobilité dans leur recherche de stage ou d’emploi à travers l’Europe. Elle les oriente notamment vers du volontariat européen, des services civiques internationaux ou encore des échanges Erasmus.

S’informer avec Cafébabel

Difficile de se passionner pour l’actu européenne ? Cafébabel propose une expérience à des années lumières du traitement habituel des questions communautaires. Exit la technocratie et les sujets éloignés du quotidien, bienvenue dans la vraie vie ! « Europe in Real Life », c’est le slogan de ce média pas comme les autres. Paneuropéen, mais aussi numérique, multilingue et participatif, Cafébabel met en avant la citoyenneté européenne depuis 2001, date de sa création par Adriano Farano et Nicola Dell’Arciprete alors étudiants Erasmus à l’Institut d’études politiques de Strasbourg.

Cafébabel cherche à « contribuer à l’émergence d’une opinion publique européenne » au travers d’activités médiatiques (magazine, blogs, etc.) et événementielles (organisation de débats et de conférences, etc.). Chaque article publié sur le site est traduit en six langues : le français, l’anglais, l’espagnol, l’italien, l’allemand et le polonais. Mais ce n’est pas tout ! Ce sont plus de 1 500 journalistes amateurs et de traducteurs qui contribuent au projet, avec la volonté de proposer un autre récit de l’Europe par et pour les jeunes.

Nos événements vous intéressent ?

Inscrivez-vous à la newsletter Youth We Can! ou suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être au courant de toutes nos actualités Youth We Can!