Lisez notre tribune dans le média Impakter.

La collaboration et les partenariats multipartites sont maintenant devenus des termes surexploités, de nouvelles expressions à la mode adoptées par les entreprises, les institutions publiques et l’écosystème à but non lucratif. Ils ont été présentés comme la réponse aux exigences d’un monde de plus en plus complexe et aux défis d’un développement véritablement durable et universel.

Dans un monde en constante évolution, il est essentiel de promouvoir une mobilisation convergente de toutes les parties prenantes et une fertilisation croisée entre les différentes catégories d’acteurs. Il s’agit de contribuer à la mise en œuvre des objectifs de développement durable à nos échelles respectives et collectivement, en agissant ensemble pour répondre à la demande apparemment contradictoire d’un monde sans pauvreté et d’un monde sans carbone.

Croissance démographique, urbanisation exponentielle, réchauffement climatique, guerres et conflits, terrorisme, accroissement des inégalités… Sans surprise, les solutions sectorielles simples proposées pour répondre à ces défis ont clairement échoué.  En effet, l’action en silo a pour corollaire une duplication des efforts, une perte d’efficacité et de productivité, et même des luttes de pouvoir dans certains cas. C’est dans ce contexte, et face à ces défis que les partenariats multi-acteurs se sont multipliés ces dernières années.

« Seul, on va vite, ensemble on va loin ». Les partenariats entre une variété d’acteurs pour promouvoir la finance durable, les progrès technologiques et le renforcement des capacités – qui sont tous des cibles des ODD – sont une condition de réussite. La vérité est qu’aucun d’entre nous ne peut affronter seul les problèmes auxquels sont confrontées nos générations et notre planète.