Mardi 5 septembre | 15h15-18h15 | Salle des Engrenages

 

Aujourd’hui dans le monde, près de 2,1 milliards d’individus n’ont pas accès à des services d’alimentation en eau potable à domicile et 4,4 milliards ne disposent pas de services d’assainissement gérés en toute sécurité[1] (soit respectivement 30 % et 60% de la population mondiale). Pourtant, beaucoup de régions dans le monde possèdent des ressources hydriques, mais celles-ci sont impropres à la consommation. En quoi des partenariats innovants entre acteurs solidaires, privés ou publics, peuvent-ils permettre de changer les comportements des populations en manque d’eau potable, améliorer l’accès aux services et gouverner ces infrastructures ?

ODD6_Modèles d'accès à l'eau_Illustration

Co-organisée avec Danone Communities, la session « Modèles d’accès à l’eau : identifions les opportunités de collaboration pour plus d’impact » a réuni de nombreux experts pour explorer toutes les pistes de réponse à cette question. La Salle des Engrenages du Palais Brongniart a donc accueilli Duc-Bang Nguyen, directeur Pays Haïti chez ACTED ; Philippe De Roux, co-directeur d’Eau & Vie ; Virginie de Maupeou, responsable partenariats pour 1001 Fontaines ; Antonella Vagliente, vice-présidente, co-fondatrice et directrice générale du Parlement mondial de la jeunesse sur l’eau et de Young Water Solutions ; Amaury de Roujoux, directeur financier et de développement accès à l’eau et Miora Ranaivoarinosy, responsable Innovations sociales et Communautés chez Danone Communities.

L’accès à l’eau potable, un outil d’émancipation et d’inclusion des populations

Avoir accès à l’eau potable est un formidable levier d’émancipation. Selon 1001fontaines, installer une station d’eau permet à la fois de réduire la mortalité infantile et l’absentéisme scolaire de 75%, tout en améliorant la santé de toute une population. L’engagement de 1001fontaines est d’autonomiser les populations locales grâce à cet accès à l’eau. En effet, les stations d’eau sont gérées par des entrepreneurs locaux qui ont été formés à cette mission. Ainsi, le prix d’accès à l’eau potable reste accessible à toute la population locale, tout en étant suffisamment élevé pour que ces entrepreneurs puissent se verser un salaire. Par ailleurs et dans un souci d’équité, 1001fontaines encourage les femmes à devenir entrepreneures[2]. Cette initiative est également celle d’Eau & Vie qui inclut directement les populations bénéficiaires dans ses projets. L’objectif est de faire des habitants de véritables acteurs du changement de leur propre quartier, d’être à leur écoute et de respecter l’organisation de la communauté[3]. Afin de développer des projets à l’échelle locale, Young Water Solutions a créé le « Young Water Fellowship Program » qui propose un atelier de formation ainsi que l’attribution d’un mentor et de fonds pour matérialiser des projets locaux. Le but est de soutenir quelques entrepreneurs locaux dans une démarche d’inclusion totale de leur communauté et de mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD),  notamment pour mettre en lumière l’ODD 6 – Accès à l’eau propre et à l’assainissement[4].

L’accès à l’eau, une réaction prioritaire dans les situations d’urgence

De son côté, ACTED oriente son action vers une logique de réaction dans l’urgence face à une situation de crise. En Haïti par exemple, la priorité a été de construire des accès sécurisés à l’eau potable pour les 2 128 000 personnes affectées par l’ouragan Matthew en 2016. La plupart des infrastructures étant détruites, l’urgence a été de fournir immédiatement des services propres et sains ainsi que des abris pour éviter de mettre encore en danger la santé des Haïtiens, sachant qu’Haïti est touché depuis 2010 par une épidémie de choléra[5]. Haïti étant un des pays les plus touchés par les catastrophes naturelles, le défi est de taille. Six unités de traitement de l’eau ont été déployées sur le terrain et 250 personnes sont sur place, prêtes à intervenir.[6] Rattrapée par l’actualité, la mission d’ACTED sur l’île a de nouveau été mise à l’épreuve lors du passage d’Irma – bien que l’ouragan n’ait pas touché Haïti de plein fouet, des inondations et de nombreux dégâts sont à prévoir. L’ONG a dépêché une équipe sur place pour soutenir les efforts de lutte contre l’épidémie de choléra et pour accroître l’accès aux installations WASH (Water, Sanitation and Hygiene), particulièrement au Nord du pays[7].

L’accès à l’eau, une source de partenariats pour les acteurs de tous secteurs

Depuis 2006, Danone Communities s’engage pour la santé et le bien-être de tous en finançant des projets d’entreprises sociales ayant pour mission de combattre la pauvreté et la malnutrition. Autour de valeurs comme le partage de connaissances et de savoir-faire et la coopération multi-acteurs, Danone Communities soutient des usines de production d’eau potable ou de nutrition[8]. Par exemple, l’usine DloHaïti fournit de l’eau propre et traitée à 500 points de distribution pour environ 300 000 bénéficiaires. L’eau est également distribuée dans les réseaux d’écoles et d’hôpitaux et l’usine a recours à de la main d’œuvre locale[9]. Les opportunités de collaboration sont multiples et toutes les solutions n’ont pas encore été explorées pour répondre au défi de l’ODD 6. Tous les acteurs se mobilisent et nous espérons que cette conférence passionnante sur l’accès à l’eau sera source de nouveaux échanges et de partenariats !

[1] https://www.unicef.fr/article/21-milliards-de-personnes-n-ont-pas-acces-l-eau-potable-salubre

[2] https://www.1001fontaines.com/fr/approche/produite-localement

[3] http://eauetvie.fr/fr/eau-et-vie/a-propos

[4] http://youngwatersolutions.org/#projects

[5] http://www.acted.org/fr/haiti

[6] http://www.acted.org/fr/7-septembre-2017-ha-ti-en-alerte-acted-pr-te-se-mobiliser-quelques-heures-arriv-e-ouragan-irma

[7] http://www.acted.org/fr/urgence-ha-ti-r-ponse-dacted-louragan-irma

[8] http://www.danone.com/pour-tous/developpement-durable/entreprendre-autrement/danone-communities/

[9] http://www.dlohaiti.com/