La France accueille actuellement plus de 230 000 personnes réfugiées statutaires. Réfugié, un mot qui a fait vibrer l’actualité en 2015 et qui reste aujourd’hui au coeur de nombreux débats. Alors que beaucoup pèsent encore le pour et le contre de l’accueil, d’autres s’attèlent à challenger le narratif existant en proposant des solutions innovantes. Simplon.co, Techfugees, Konnexio, Refu’Help, CALM… autant de nouvelles initiatives du secteur Tech qui se posent la question des solutions et de la construction commune de notre société grâce à une utilisation inclusive du digital.
Une personne qui quitte son pays dans l’urgence a besoin d’une « bonne paire de chaussures et d’un smartphone »*.
SINGA est un mouvement citoyen fondé en 2012 : une entreprise sociale qui vise à changer le regard autour de l’accueil des personnes réfugiées avec une formule « Faire avec et non pour ». SINGA propose des espaces de rencontre pour révéler les talents et mettre en valeur les compétences de chacun, crée la surprise autour du lien entre nouveaux arrivants et locaux et accélère la création d’outils innovants pour connecter et informer la société autour des enjeux de l’asile.
Nos sociétés sont connectées. Ce fait prend une dimension encore plus forte lorsque l’on l’associe à l’usage des technologies par les personnes déplacées. Une personne qui quitte son pays dans l’urgence a besoin d’une « bonne paire de chaussures et d’un smartphone »1. Mais lorsque l’on regarde les dispositifs d’accueil existants, il est plutôt rare de trouver des réponses aux questions que peut se poser un nouvel arrivant. Rares sont les ressources traduites, s’adressant directement aux concernés, les cartes mises à jour quotidiennement, les informations basiques… Le lien entre l’accueil des personnes réfugiées et le digital a commencé à émerger en 2014, lorsque SINGA a organisé le premier hackathon sur l’asile en France avec plusieurs partenaires : l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, Simplon.co, Ecole 42, Telecom Paris-Tech, Mobpartner, Ashoka, MakeSense, le Forum Actions Modernité, la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), etc. De ce hackathon est sorti le prototype de CALM –pour Comme A La Maison– plateforme d’accueil de personnes réfugiées chez l’habitant. D’autres hackathons ont ensuite été organisés par des entrepreneurs sociaux à travers la France et de nombreuses solutions ont été imaginées, allant de l’inclusion des personnes réfugiées pendant les Jeux Olympiques de 2024 à Paris à des cartographies participatives visant à créer du lien entre locaux et nouveaux arrivants.
Les personnes arrivant en France sont tout aussi concernées que les Français par les challenges sociaux et environnementaux et sont aussi la clé des solutions à inventer. L’entrepreneuriat social a cela de magique : il crée des vocations et permet des opportunités. Les personnes arrivant en France sont tout aussi concernées que les Français par les challenges sociaux et environnementaux et sont aussi la clé des solutions à inventer. Avec la création de projets digitaux, chacun peut innover et créer des solutions grâce à son expérience utilisateur. C’est ce que s’emploient à faire par exemple Simplon.co ou Konnexio, qui proposent aux personnes réfugiées et demandeuses d’asile d’apprendre à coder. Des initiatives digitales au service de tous, avec un impact réel.

Les outils se doivent d’être inclusifs et co-construits avec leurs utilisateurs afin d’exploiter toutes les possibilités offertes par la Tech. La plateforme CALM a ainsi permis de créer des impacts directs sur la vie de ses participants : 44,2% des personnes réfugiées accueillies ont trouvé un emploi au cours de leur accueil, 61% un logement autonome pérenne, 27% ont repris des études, et surtout plus de 1 200 personnes de la société ont pu accueillir chez elles et vivre une expérience interculturelle riche. Pour beaucoup, cette rencontre fondée sur une simple inscription digitale a changé leur vie. CALM a permis de générer de l’emploi, des amitiés, l’apprentissage de langues, de cultures, de cuisine, de métiers. Forte de son succès, la plateforme a inspiré le Ministère du logement qui a défini les contours de l’accueil chez l’habitant pour les personnes réfugiées par une politique publique et en 2017, Airbnb a créé sa propre plateforme d’accueil chez l’habitant : Open Homes, en partenariat avec SINGA, Réfugiés Bienvenus, JRS et Elan.

Mais les enjeux digitaux au service du bien commun ne doivent pas s’arrêter à la simple création de plateformes. Les outils se doivent d’être inclusifs et co-construits avec leurs utilisateurs afin d’exploiter toutes les possibilités offertes par la Tech.
*. Un membre de la communauté SINGA, originaire de Syrie.

Alice Barbe
Co-fondatrice
Singa

Cet article est tiré du Baromètre de l’Entrepreneuriat Social 2018 téléchargeable ici.