Co-construction du Bien Commun : l’union fait la force ?

En partenariat avec la Mairie de Paris et Devex, l’association Convergences récompense chaque année des partenariats innovants à fort impact social et/ou environnemental, en décernant les “Prix Convergences”, dont la Remise des Prix pour l’édition 2017 a eu lieu le 2 juin à la Mairie de Paris. Cet événement a réuni les nominés et lauréats qui ont eu le courage de s’engager dans un partenariat multi-acteurs pour répondre à des défis sociétaux d’aujourd’hui et de demain, au-delà des craintes et difficultés pratiques de cet exercice. Emilie Poisson, directrice exécutive de Convergences, revient sur les défis et perspectives de ces collaborations innovantes, après une dizaine d’années d’expérimentation.

 

Collaboration et partenariat multi-acteur sont aujourd’hui devenus des termes galvaudés, nouvelles expressions à la mode, des entreprises, des institutions publiques mais également adoptées par l’écosystème associatif, et présentées comme LA réponse aux exigences d’un monde de plus en plus complexe et aux défis d’un développement véritablement durable et universel.

 

L’union fait la force

Plus qu’un proverbe, c’est une réalité qui fait pleinement sens aujourd’hui. Dans un monde en constante évolution, il est essentiel de favoriser une mobilisation convergente de toutes les parties prenantes et une véritable fertilisation croisée entre les différentes catégories d’acteurs. Il s’agit de contribuer, à nos échelles respectives et de façon collective, à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable, réfléchir et à agir ensemble pour répondre à l’injonction apparemment contradictoire que représente l’exigence d’un monde sans pauvreté, au Sud en particulier, et celle d’un monde sans carbone.

« Seul, on va vite, ensemble on va loin ». L’approche collaborative et intégrée de la résolution de problèmes semble être une alternative prometteuse : aucun d’entre nous ne peut répondre, seul, aux défis auxquels nos générations et notre planète sont confrontés. Plus les problèmes collectifs sont mis en exergue et reconnus comme tels, plus des approches novatrices pourront être développées pour trouver des solutions communes.

 

Plus facile à dire qu’à faire ?

Retour à la réalité. Force est de constater qu’un nombre croissant d’ONG et d’entreprises sont tentées par l’aventure du partenariat multi-acteur. Néanmoins ce mode de fonctionnement demeure relativement nouveau pour des organisations qui expriment encore des incertitudes et risques dans la mise en œuvre. Rassembler des individus de cultures organisationnelles différentes et nourrir ensuite un effort de collaboration entre eux est un défi en soi qui demande du temps. Dépasser les objectifs individualistes / organisationnels pour passer à l’action collective est chronophage, demande de nombreux allers-retours sur les sujets de stratégie et d’innovation, et nécessite de considérer et intégrer de de nouvelles méthodes de travail. .

 

Il y a autant de définitions du partenariat multi-acteur que de partenariats

Cependant, il faut désormais penser en dehors du cadre car faire cavalier seul n’est simplement plus une option. Réussir un partenariat où les compétences multidisciplinaires et les expériences de chacun sont en parfaite synergie de façon à ce que le tout soit plus grand que la somme de ses parties demande beaucoup d’énergie et de volontarisme. En termes pratiques, cela nécessite tant le partage rapide et efficace d’information, de ressources et d’expériences entre des organisations fondamentalement différentes.

Le mot est lâché : les organisations doivent rassembler. Pourtant, la plupart n’ont aucune idée de par où commencer et sont naturellement réticentes à s’exposer, craignant une perte de contrôle et des affrontements. Comme le paysage mondial de financement du développement ne cesse d’évoluer, de nombreuses ONG, qui n’auraient jamais envisagé, dans le passé, de travailler avec le secteur privé, sont de plus en plus à la recherche d’entreprises qui veulent s’engager au service du bien commun. Les partenariats multi-acteurs ont un potentiel immense. Pour les ONG, c’est l’occasion de changer de braquet pour l’impact et la durabilité de leurs actions auprès des communautés ; pour les entreprises, cela constitue des opportunités clés pour améliorer leur performance économique, sociale et environnementale.

Mais comment faire et comment se comprendre ?

Quelques conseils pour des partenariats véritablement innovants, véritablement porteurs d’impact et de solutions :

  • Dépassez les préjugés et acceptez le changement de paradigme : une entreprise n’est pas un bailleur de fonds, une ONG n’est pas une caution morale.
  • Prenez le temps d’identifier le partenaire qui vous correspond. Trouver le bon partenaire exige des recherches, de la réflexion, du dialogue et du temps.
  • Appréhendez les autres organisations, futurs partenaires, par le prisme des compétences et de la manière dont ils peuvent bénéficier de votre apport et expertise.
  • Adaptez les processus de collaboration entre acteurs aux caractéristiques du partenariat et des partenaires.
  • Travaillez ensemble pour co-concevoir dès le départ le programme de collaboration. Les activités du partenariat doivent être co-conçues et co-gérées.
  • Gardez l’esprit ouvert et bien à l’esprit les intérêts et les objectifs propres à chacun.
  • Envisagez de commencer par un partenariat en nature / pro bono avec des échanges de compétences, du mécénat et de la formation. Cela permettra aux différentes structures et leurs employés d’apprendre à se connaître et à dialoguer. Si ce partenariat est gagnant, envisagez l’étape suivante !

Mettre en place un partenariat multi-acteurs demande patience, persévérance et leadership. Mais aussi beaucoup de bonne volonté et de créativité. Pour assurer le succès d’un tel partenariat, il faut laisser ses intérêts individuels de côté, sortir de sa zone de confort pour laisser l’espace à la créativité en gardant à l’esprit le but et les intérêts commun des partenaires.

 

LES LAURÉATS DES PRIX CONVERGENCES 2017

Lauréat France – Le Centsept : réunir acteurs publics, privés et solidaires au sein d’un même lieuLe CentSept a remporté le Prix France, remis par Antoinette Guhl. Le CentSept est un tiers-lieu de co-création de projets répondant aux besoins sociaux et environnementaux du territoire. Basé à Lyon et créé en partenariat avec les acteurs locaux, (entreprises, collectivités, incubateurs et têtes de réseaux du secteur de l’économie sociale et solidaire), le CentSept a pour vocation de favoriser l’émergence et le développement de projets à forte dimension sociale ou environnementale.

Lauréat International – Green Village : un village au service du bien commun

Le projet Green Village a  été récompensé par le Prix International, remis par Patrick Klugman. La mission de Green Village est d’accompagner l’intégration sociale et professionnelle de 80 jeunes tous les ans au sein d’un éco-village aux Philippines. Appuyé sur plus d’une dizaine de partenariats locaux, nationaux et internationaux, privés comme publics, l’association Life Project for Youth à l’origine du projet, donne à des jeunes marginalisés l’opportunité d’apprendre, d’expérimenter, de créer leur activité, dans le respect de l’environnement.

Lauréat Jeune Pousse – Lemon Aide : l’entreprise sociale issue d’une start-up, d’une grande entreprise et d’une fondation

Le projet Lemon Aide a quant à lui remporté le Prix Jeune Pousse. Entreprise d’insertion co-créée par la startup Lemon Tri, la fondation FACE et Danone, Lemon Aide collecte, trie, traite la matière et achemine les déchets vers les filières de recyclage adaptées tout en favorisant l’insertion professionnelle de personnes éloignées de l’emploi.

C’est pour valoriser de tels rêveurs et faiseurs, qui ont eu le courage de s’engager dans un partenariat multi-acteur pour répondre à des défis sociétaux d’aujourd’hui et de demain que les Prix Convergences ont été créés en 2011. Avec la Mairie de Paris et Devex, Convergences récompense chaque année des partenariats innovants à fort impact social et/ou environnemental. Les nominés et lauréats incarnent la vision multi-acteurs promue par Convergences. Les initiatives identifiées sont mises en place par des structures solidaires en partenariat avec des organisations privées et/ou publiques, et contribuent de façon concrète à la co-construction d’un monde « Zéro Exclusion, Zéro Carbone, Zéro Pauvreté ».