La montée des enjeux sociétaux et environnementaux au niveau international encourage les partenariats entre acteurs de différents secteurs pour rechercher des solutions. Aujourd’hui plus que jamais, il apparaît indispensable pour les grands groupes de s’inscrire dans une démarche collaborative et de s’appuyer sur les différents types de structures qui composent leur écosystème (organisations publiques, entreprises de l’ESS, startups…) pour s’orienter vers une performance durable. Pour les groupes, cette stratégie est bénéfique à de nombreux niveaux : créatrice d’innovation, favorisant les circuits courts, apportant de l’agilité… mais elle profite aussi aux petites structures, qui y trouvent une opportunité de développer et de pérenniser leurs activités.

En 2019, Orange a souhaité formaliser sa contribution à la société et à la planète à travers une raison d’être qui affirme son ambition d’assurer un numérique plus humain, plus inclusif et plus durable. Inscrite dans son plan stratégique à horizon 2025, cette raison d’être confirme et renforce la volonté du groupe d’être exemplaire sur les plans sociaux et environnementaux. Pour réduire son empreinte environnementale, l’une des solutions priorisées est le recours à l’économie circulaire. Une nouvelle forme d’approche qui s’applique tant aux infrastructures qui assurent l’accès aux réseaux fixe et mobile qu’aux produits conçus et/ou commercialisés par le groupe. Cela se traduit concrètement par la réutilisation des matériaux et par l’écoconception, la collecte et le reconditionnement des terminaux (Livebox, décodeurs, téléphones).

Depuis 2010, Orange s’est par exemple associé à Emmaüs International et aux Ateliers du Bocage, une entreprise de l’ESS, pour ouvrir des ateliers de collecte des déchets de mobile et de recyclage des appareils en Afrique. Ce partenariat a permis de créer des dispositifs adaptés dans les pays où des filières structurées pour le traitement des déchets n’existaient pas encore. Les déchets collectés dans ces filières de recyclage locales sont massifiés puis renvoyés en France pour y être recyclés selon les normes environnementales européennes, chez Morphosis, jeune PME innovante de Normandie. Une collaboration qui a des retombées positives aussi bien pour le groupe que pour ses partenaires. Selon Matthieu Belloir, Directeur RSE du Groupe Orange, “les entreprises de l’ESS sont un atout précieux. Engagées depuis de nombreuses années dans l’économie circulaire, nous pouvons nous appuyer sur leur expertise. En tant qu’acteur du numérique, nous avons en retour des solutions à leur apporter pour développer leur champ d’action”.

Antoine Drouet, Directeur Général des Ateliers du Bocage

Avec Orange, nous développons une filière de réemploi des téléphones portables en France ; certifiée ISO14001 et génératrice d’emplois d’insertion. L’engagement RSE du projet est total puisque les bénéfices permettent de financer la création d’ateliers de recyclage dans cinq pays africains (Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire et Niger). Au-delà des enjeux pour notre territoire, ce partenariat propose des solutions globales pour la planète et un nécessaire éveil des consciences.
Le fait d’être dans une approche de co-construction est extrêmement positif pour la performance du projet. C’est aussi le fruit d’un travail initial qui a posé les bases du projet autour de valeurs et d’ambitions communes : l’écologie et la création d’emplois. Ainsi, pour 25 000 mobiles recyclés, 1 emploi d’insertion est créé en France. Une fois ce principe acté, nous avons su déployer un modèle économique adapté. Au sein de notre coopérative de l’ESS, nous avons énormément capitalisé sur cette approche, qui permet de dépasser le cadre classique des relations « clients-fournisseurs ».

Pour Benoît Huver, Directeur Supply Chain du Groupe Orange,“l’économie circulaire rebat véritablement les cartes en termes de stratégie d’achat. Là où nous avions l’habitude d’acheter du neuf pour le revendre au client, nous pouvons maintenant nous procurer des produits de seconde main pour diversifier nos approvisionnements”.

En tant que donneur d’ordre et au-delà de ses engagements environnementaux, le groupe agit pour l’inclusion en soutenant depuis plusieurs années et de façon active le développement des entreprises du secteur adapté et protégé.

Anne-Marie Dunet, Responsable Diversité - Achats du Groupe Orange

Orange travaille depuis plus de 15 ans avec des entreprises de l’ESS : ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le Travail), EA (Entreprises Adaptées), EI (Entreprises d’Insertion). Le groupe a d’abord développé sa politique d’achats auprès de cette typologie de fournisseurs, dans le cadre de son accord Handicap. Au cours de ces quatre dernières années, la relation client-fournisseur auprès de ce secteur a évolué. Véritable partenaire économique, on parle aujourd’hui d’achats inclusifs, qui répondent à l’engagement sociétal du groupe.
Ainsi, nous voulons notamment agir pour l’inclusion par le travail des personnes en situation de handicap et ce y compris dans des domaines qui sont au coeur de nos activités. Nous avons signé en 2019 le premier contrat tripartite APTECH/Association des Paralysés de France/Orange pour des prestations à forte valeur ajoutée dans le data center de Val-de-Reuil en Normandie. La gestion des dossiers administratifs dans le cadre du déploiement de la fibre (Gesform, Nouvelle Aquitaine) ou encore l’entretien des espaces verts qui entourent nos antennes mobiles en sont autant d’autres exemples.
Avec plus de 22 M€ d’achats en 2019 auprès de 250 fournisseurs de l’ESS, l’ancrage territorial d’Orange est une réalité. Travailler avec des entreprises de l’ESS permet une collaboration avec des PME innovantes, dynamiques et réactives.

La coopération durable entre acteurs constitue ainsi un levier mutuel de performance. Une conviction forte pour le groupe qui se traduit également par le financement et l’accompagnement de nombreuses startups. Le Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient (POESAM) par exemple, qui s’apprête à fêter ses 10 ans, récompense chaque année les meilleurs projets technologiques à impact positif dans pas moins de 17 pays. Une volonté forte : repérer, soutenir et promouvoir les acteurs qui anticipent les usages de demain et agissent pour un développement socio-économique durable.