Dans un contexte de défiance marqué par le désengagement des citoyens de la vie démocratique, les civic tech, à travers la participation citoyenne, sont devenues des outils pour réintermédier les relations et les processus de décision, afin d’agir pour une transformation positive de la société.

Difficultés des démocraties modernes à fédérer
Les années 2019 et 2020 ont été marquées, en France comme ailleurs, par des mobilisations sociales importantes, souvent contestataires. Ces mouvements s’inscrivent dans un sentiment plus global d’éloignement de la vie démocratique et du système institutionnel. Selon le Baromètre de la confiance politique1, 64% des Français estiment ainsi que la démocratie “ne fonctionne pas très bien”. Cette méfiance envers les institutions démocratiques a lentement désuni un corps social que les cycles électoraux ne suffisent plus à réconcilier. Pour partie, cette désunion empêche notre démocratie moderne d’agir réellement sur les défis nationaux et globaux, comme la transition écologique, le respect des droits fondamentaux, la résilience et la solidarité. Tant de défis pourtant cruciaux pour l’avenir de notre société.

Toutefois, notre idéal démocratique ne doit pas être abandonné : il a besoin d’un renouveau. 81% des Français sont en effet convaincus que malgré ses défauts, la démocratie reste la meilleure forme de gouvernement2. Réconcilier nos corps sociaux et recréer du lien social est donc fondamental à l’unité et au fonctionnement résilient de notre société démocratique, mais aussi à la protection du bien commun, des ressources naturelles et de la biodiversité, si précieux pour notre existence. Ce renouveau démocratique ne peut se faire qu’à travers l’entière participation des citoyens à cette construction, pour leur permettre de défendre eux-mêmes la démocratie, et de s’approprier ses enjeux globaux.

Les civic tech, des outils au service de la démocratie
C’est dans ce contexte que s’inscrit l’apparition des civic tech. Traduit par “technologies citoyennes”, ce terme désigne la diversité des initiatives issues de la société civile contribuant à inciter et valoriser l’engagement citoyen dans la démocratie par le biais d’outils numériques.

Sous diverses formes (consultations, budgets participatifs, pétitions), et chacune avec ses atouts (accessibilité et intuitivité des interfaces, transparence des résultats, anonymisation des données), elles répondent au même objectif : mobiliser les citoyens afin qu’ils se réapproprient l’intérêt général et deviennent artisans du changement.

Réussir collectivement la transition écologique
Devenue la première préoccupation des Français3, l’urgence environnementale est donc naturellement au coeur de la mission des civic tech pour faire passer les citoyens à l’action. Convaincues que l’Etat ne peut pas être le seul acteur de la transition écologique, elles cherchent à mobiliser à une échelle plus locale et plus proche des individus.

C’est dans cette optique que Make.org a lancé, fin 2019, sa Grande Cause “Comment agir tous ensemble pour l’environnement ?” pour faire émerger les consensus sur lesquels la société civile pourra oeuvrer. A travers cette consultation, qui a réuni 540 000 citoyens et 13 600 propositions, les citoyens appellent, par exemple, à réduire les emballages et à favoriser les produits locaux et de saison en préférant les circuits courts.

C’est sans aucun doute en donnant la parole aux citoyens et en les responsabilisant que nous parviendrons à créer un élan massif pour répondre aux enjeux contemporains.

Cette initiative s’inscrit de manière plus large dans les bouleversements récents que nous traversons. La crise du Covid-19 nous amène à nous questionner sur nos modes de vie et nos relations aux autres. La question des relocalisations de nos activités essentielles, notamment dans l’alimentation et l’industrie médicale, apparaît ainsi comme un sujet-clé pour les citoyens.

Les différents élans de solidarité et de coopération entre acteurs publics, privés et société civile durant cette crise révèlent une prise de conscience : le bien commun est l’affaire de tous, et pas seulement des États. Cette épreuve doit nous faire repenser notre façon d’habiter le monde et tirer des enseignements sur ce que nous avons de plus précieux, pour mieux le préserver. La consultation citoyenne “Comment inventer tous ensemble le monde d’après ?”, menée en avril 2020 sur la plateforme de Make.org avec le WWF et la Croix-Rouge, en partenariat avec le Groupe SOS, Unis-Cité et le Mouvement UP, doit ainsi permettre à chacun d’entamer cette réflexion, pour être prêt à amorcer collectivement la reconstruction.

C’est sans aucun doute en donnant la parole aux citoyens et en les responsabilisant que nous parviendrons à créer un élan massif pour répondre aux enjeux contemporains et améliorer la résilience de nos sociétés, tant face aux crises sanitaires qu’écologiques.

 

Axel Dauchez
Président
Make.org

Notes de bas de page
1. OpinionWay pour SciencesPo-Cevipof, février 2020
2. Idem
3. Baromètre “Fractures françaises” (Ipsos/Sopra Steria pour Le Monde, La Fondation Jean-Jaurès et l’Institut Montaigne, septembre 2019)